Qu’est ce que l’empathie et en quoi cette qualité est utile ?

L’empathie est une faculté qui consiste à comprendre ce qu’une personne vit, à percevoir ce qu’elle ressent d’un point de vue émotionnel.

Bien que très intuitive, cette compétence peut se développer de manière à favoriser des échanges constructifs et bienveillants. En effet, cette qualité humaine permet de lire au delà des lignes, d’entendre au delà des mots et ce, pour de meilleures interactions avec l’autre. Elle laisse également la porte ouverte à d’infinies perceptions. Elle permet l’accueil de différents points de vue qui viennent alors enrichir votre compréhension du fonctionnement de vos proches, vos amis, vos collègues…

L’empathie permet de mieux vivre avec ceux qui vous entourent et contribue à vous rendre la vie plus agréable et plus riche.

7 points clés pour développer l’empathie

Pour être dans une position d’ouverture et d’écoute envers les autres il est nécessaire d’adopter cette même posture envers soi-même. Comme vous pourrez l’observer, pratiquer l’empathie vous invite à vous connaitre. Mais voyons dans un premier temps quels sont les points clés pour développer cette belle qualité.

Dans le cadre de vos relations :

1. Ayez l’esprit ouvert

Intéressez vous particulièrement à ce que votre interlocuteur ressent et à ce qu’il vit.  Il s’agit d’être pleinement focalisé sur tout ce qu’il vous transmet comme information en laissant de coté vos ressentis et vos propres expériences. C’est ainsi que vous laisserez venir à vous de nouvelles perceptions, de nouveaux points de vue.

2. Posez des questions

Appuyez vous sur le simple fait que nous sommes tous différents et que la vivance des émotions, des expériences est en soi, unique.  N’hésitez pas à faire preuve de curiosité en toute bienveillance pour que votre compréhension soit plus proche de la réalité vécue par votre interlocuteur.

3. Pratiquez l’écoute active

Cela consiste à être dans l’instant présent. Soyez à l’écoute de ce qui vous est communiqué de manière verbale et non verbale. N’hésitez pas à reformuler simplement afin de valider que votre compréhension est la bonne. Cette technique invite également l’autre à pousser plus loin l’expression de ses ressentis.

4. Observez la posture, les gestes

L’expression orale, les mots ne représentent qu’une infime partie d’un échange. Pour développer votre empathie soyez vigilant à ce que le corps exprime, les attitudes. Etudiez les sons, les variations, l’intensité de la voix. Que vous inspire le regard ? Prenez conscience de tous ces signaux pour qualifier encore plus précisément ce qui est dit.

5. Ne jugez pas

A situation équivalente, mettez vous à la place de l’autre sans à priori, sans jugement. Prenez la distance nécessaire avec votre vécu personnel pour être le plus neutre possible.

6. Soyez attentif à vos ressentis

Fiez vous à votre intuition car bien écouter les autres passe par une bonne écoute de vous-même. Accueillez tout ce que vos sens mettent en avant comme sensations corporelles par exemple. Suivez votre instinct. Il se trompe rarement !

7. Soyez empathique envers vous même

Pour accepter pleinement l’autre il faut s’accorder le droit d’être différent dans sa manière de fonctionner, dans son système de pensée et cela sans prévaloir qu’une façon d’être ou de faire soit meilleure que l’autre. Se connaitre c’est accepter qui on est, avec ses qualités et ses points à améliorer. C’est aussi reconnaitre ce que l’on attend de nos relations avec les autres en toute objectivité.

Maintenant que vous avez le mode d’emploi, je vous propose poser un regard objectif et bienveillant, de pratiquer cette empathie envers vous-même. Ci-dessous une grille d’analyse sur laquelle vous pouvez vous appuyer pour identifier vos forces, vos talents car avant d’aimer les autres il faut s’aimer soi-même.

Petit guide pour identifier vos points forts

Nous réalisons chaque jour de belles choses sans en avoir toujours conscience. Prenez par exemple la journée d’hier, qu’avez-vous mis en place qui vous a apporté du plaisir ou de la joie ?

Observez plus précisément et notez 2 à 3 accomplissements.

Pas toujours facile, me direz vous ! Néanmoins votre quotidien est parsemé de petites actions valorisantes. Menées parfois avec simplicité et naturel, elles ont fait appel à vos ressources et vos compétences, voire des talents que d’autres n’ont pas. Soyez en convaincu(e).

1- Faites l’inventaire de vos réalisations

Vous l’aurez compris, un des points clés pour prendre conscience de qui vous êtes, consiste à faire un état des lieux de vos réalisations, de toutes ces petites choses achevées qui vous ont apporté de la satisfaction.

Quels sont les accomplissements réalisés ce jour, vos petites ou grandes réussites ?

Ayez l’esprit ouvert pour observer avec objectivité ce qui a pu vous satisfaire un instant, simplement parce c’est terminé. Pour vous faciliter la tâche vous pouvez visionner votre journée comme si vous vous passiez un film et que l’acteur de ce film est une doublure de vous même.

Vous pouvez également reproduire l’exercice en parcourant votre semaine, le mois, le trimestre.
Vous pouvez de la même manière, identifier vos plus belles réussites ou les projets personnels et/ou professionnels qui ont vu le jour cette année.
Par ailleurs peut être avez-vous mis en place des attitudes particulière pour faire face à une difficulté relationnelle ou un conflit dans votre vie …Indépendamment de l’ampleur il faut simplement relever ce qui vous a apporté de la joie.

2- Quelles compétences avez-vous activées pour toutes ces actions

Face à ces différentes réalisations, notez les ressources et les compétences que vous avez sollicitées pour atteindre l’objectif. Définissez simplement les qualités sous formes d’adjectifs. N’oubliez pas les talents (ce que vous faites de bien naturellement) mis en œuvre pour faire face à ces différentes situations.

Sachez que vous êtes la plupart du temps responsable de ce qui est bon pour vous, de ce plaisir ressenti. C’est pourquoi valorisez ces tâches sans réduire l’impact de vos ressources personnelles. Bien sur, si l’exercice n’est pas facile vous pouvez faire appel à un ami, une personne bienveillante et dont la neutralité est utile. Si vous n’avez personne sur qui vous appuyer pour faire l’exercice, vous pouvez éventuellement imaginer que c’est quelqu’un d’autre qui vous raconte ce qu’il a fait et vous, vous remarquez les atouts dont il fait preuve pour réussir à faire toutes ces choses.

Acceptez les compliments et les signes de reconnaissance, ça fait tellement de bien !

3- Ouvrez la porte au champs des possibles

Une fois la liste de ces qualités faite, vous pouvez poursuivre votre analyse en répondant à ces 3 questions :

  • En quoi ces qualités sont intéressantes ?
  • Que peuvent elles vous permettre de réaliser. En quoi sont elles utiles ?
  • Comment vous pourriez les utiliser davantage ?

Pour être dans l’empathie, pour être ouvert aux autres il est nécessaire de comprendre qui on est, dans un regard bienveillant. Nous possédons un énorme potentiel, souvent sous évalué et sous exploité. Dans de nombreux cas nous cherchons à être ce que nous sommes pas, alors que notre singularité et la somme de nos compétences peuvent nous permettre d’atteindre bien des sommets.

Share This